| | Question

Quelle est la mission fondamentale des loisirs collectifs dans une société ?

Pixabay

Dès le début de la pandémie, les lieux de culture ont été les premiers à devoir fermer, puis les bars et les restaurants. Il y a eu quelques fluctuations d’ouvertures pendant les mois estivaux et le début de l’automne, certes. Reste que nous en sommes à l’heure actuelle à peu près au même stade qu’il y a onze mois. Dans ce contexte, on nous a adressé la question suivante:

Quel est l’impact social/sociétal de la fermeture des loisirs collectifs (concerts, festivals, activités du week-end, culture, boîte de nuit, bars et restaurants)?

Pour contextualiser un rien, mon hypothèse serait que ces établissements ont probablement une fonction plus profonde que simplement nous faire passer un bon moment. Est-ce que l’on se respecte moins entre les classes sociales si on se mélange moins? Est-ce qu’il y a une augmentation de la violence urbaine/domestique/sexuelle si la population ne décharge pas ses émotions dans un raout collectif? Est-ce qu’il y a une augmentation de l’alcoolisme ou des addictions discrètement cachés à la maison? Est-on économiquement moins innovants en l’absence de stimuli créatifs culturels ? A-t-on des chiffres ou des avis d’experts pour consolider ces intuitions?

En d’autres termes, quelle est la mission fondamentale des loisirs collectifs dans une société? Sa raison d’être?

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi