| | Idées

Ma rencontre avec Danial, de Lesbos au Moulin Rouge

Géraldine Savary

Toutes les deux semaines, Géraldine Savary contribue à Heidi.news au travers d’une rencontre afin de dessiner, article après article, une constellation de personnalités dont le tracé serait totalement subjectif, aléatoire et transparent.

Depuis le mois de juillet, je suis marraine d’un jeune homme de vingt ans, Danial, et de son double, Gigilou. Dans ce jeune Iranien à l’épique trajectoire migratoire cohabitent effectivement deux identités, l’une d’une élégance sobre et masculine, l’autre d’une extravagance trans. Il me raconte son parcours, géographique et identitaire, avant de courir à Genève pour son spectacle au Moulin Rouge.

Danial Seyed Aboudi vient de Ahwaz, une grande ville au sud de l’Iran. La région biberonne au pétrole, l’or noir est si abondant que la campagne alentour ressemble à un baril géant. La terre exhale des parfums âcres et gras. En été, les températures culminent parfois à 50 degrés. Pour le jeune Danial, la vie s’étire trop lentement, comprimée entre les principes religieux de sa famille et ceux de la société iranienne. Prière cinq fois par jour, lecture du Coran, pas de vie culturelle, si ce n’est le bar à chicha, régulièrement fermé par la police.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi