| | News

A l’inauguration de Biden, le souffle de l’histoire est venu d’une poétesse de 22 ans

Plus encore que le discours de Joe Biden, le poème d’Amanda Gorman a lancé le début d’une réconciliation entre Américains. Keystone/AP/Patrick Semansky

Nous avons traduit le poème d’Amanda Gorman, qui a trouvé les premiers mots de réconciliation, quelques heures après le départ de Donald Trump de la Maison Blanche.

Exceptionnelle tant à cause des mesures sanitaires que sécuritaires suite aux émeutes du 6 janvier, la cérémonie d’investiture du 46e président des Etats-Unis Joe Biden a soudainement changé de dimension quand Amanda Gorman, une jeune poétesse noire de 22 ans, a pris la parole. De Robert Frost lors de l’inauguration de John Fitzgerald Kennedy à Maya Angelou pour l’investiture de Bill Clinton, la lecture d’un poème est un classique de cette cérémonie, au même titre que l’interprétation de l’hymne par une star de la chanson. Mais ce mercredi 20 janvier, les mots d’Amanda Gorman ont sonné particulièrement juste dans un pays miné par ses divisions.

Pourquoi c’est inspirant. Contactée à la fin du mois dernier pour écrire un poème sur l'unité des États-Unis, Amanda Gorman a déclaré avoir eu du mal à avancer ce texte jusqu'à ce que l'insurrection du Capitole le 6 janvier lui donne l'élan nécessaire. Une inspiration qui met fin à la laideur des diarrhées en 140 caractères sur Twitter de l’ex-président américain. Nous vous proposons ici la traduction en français (faite maison) de ce texte universel.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi