| | hd

Le festival Electron se transforme en exposition sur un écosystème à l’arrêt

Que reste-t-il d’une scène culturelle lorsqu’elle est privée de ses canaux d’expression habituels, de ses lieux de rencontre, de ses lieux de vie? C’est peu ou prou la question que se pose le festival Electron pour son exposition «Expo» qui s’installe du 22 avril au 2 mai dans le Commun, espace du Bâtiment d’Art Contemporain de Genève. À travers l’objectif de cinq photographes, on découvre un écosystème à l’arrêt, touché de plein fouet par la pandémie.

Pourquoi on en parle. À l’exception d’une courte ouverture estivale, les salles de concert et autres clubs sont voués au silence depuis le mois de mars 2020. Alors que le reste du secteur culturel reprend vie peu à peu, le monde de la nuit, lui, ne devrait pas redémarrer ses activités avant l’été. On l’oublie parfois, mais au-delà d’un échappatoire pour fêtards, ces lieux sont pour beaucoup un gagne-pain et un espace d’expression indispensable.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi