Reservé aux abonnés

Le «disque» est-il en fin de vie?

Pixabay

A l'heure de l'écoute en streaming et des revenus dérisoires que cela engendre, les maisons de disques indépendantes parviennent-elles à survivre? Malgré les conditions financières très précaires liées aux ventes digitales, les labels et les artistes parviennent-ils quand même à y trouver leur compte?

Pourquoi c’est actuel. Si la pandémie met en évidence la faible rémunération que les artistes touchent du streaming, l’enregistrement reste, pour les artistes, un investissement incontournable, qu’il s’agisse du disque physique, «à l’ancienne», ou du disque digital, destiné au streaming et au téléchargement. Nous avons souhaité prendre le pouls de quelques maisons de disques en Suisse Romande et avons rencontré les responsables de trois labels indépendants de la région: Claves et VDE-Gallo, principalement orientés musique classique, et Bongo Joe, au répertoire très éclectique.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous