| | News

L'ère du fast-food musical, vraiment?

Sigmar a vendu deux de ses œuvres de musique électro à Netflix (DR)

Vous sentez-vous perdu en écoutant les derniers tubes des ados? Vous avez l’impression que la musique populaire «n’a pas la même qualité qu’autrefois»? Des mélomanes analysent ce sentiment d’un appauvrissement musical généralisé. Et les appréciations sont loin d’être unanimes.

De quoi on parle. Sigmar est un compositeur genevois de musique électronique. Son public? Des fans de synthpop et amateurs d’italo disco. Depuis peu, ses morceaux se raccourcissent pour coller aux critères du streaming. Une tendance qui gagne tous les terrains du monde musical, selon l’artiste qui a dernièrement vendu deux de ses œuvres:

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.