| | News

Françoise Vergès: «Envoyer des hommes en prison ne diminue pas la violence faite aux femmes»

Françoise Vergès en 2020. Photo: Anthony Francin

Une théorie féministe de la violence (éd. La Fabrique), le dernier livre de la politologue et militante décoloniale française Françoise Vergès, se lit comme un coup de poing. Une déconstruction des féminismes toxiques qui, voulant agir «au nom du Bien», alimentent racisme et sexisme. Punir «le Mal», comme le préconise le «féminisme carcéral» serait, selon Françoise Vergès, un moyen parmi d’autres de perpétuer l’oppression silencieuse des plus vulnérables. Contre l’obsession punitive de l’Etat, elle plaide pour une justice réparatrice, seul moyen, dit-elle, de diminuer la violence. Dans cet entretien, elle évoque aussi la posture des bourgeoises blanches féministes dont la qualité de vie repose sur le sacrifice de femmes invisibles et exploitées.

Heidi.news: Qu’est-ce que le féminisme carcéral?

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi