| | Vidéo

La littérature féministe, pour «être la voix de celles qui n'en ont pas»

En 2017, l’autrice camerounaise Amal Djaili Amadou publie «Les Impatientes» aux éditions Emmanuelle Collas. Le dernier roman d’une série d’ouvrages qui racontent la femme, les violences subies et autres atteintes aux droits. Un combat débuté en 2010, à la publication de son premier roman. C’est bien sûr pour parler d’engagement au féminin que Amal Djaili Amadou était présente à Morges, dans le cadre du festival Le livre sur les quais.

Pourquoi c’est encore un problème. «Les choses les plus élémentaires peuvent, quelque part, ne pas être acquises. Comme l’éducation des filles, le choix de l’époux ou le pouvoir de dire non», constate Amal Djaili Amadou, dans ce qui sonne comme un rappel appuyé. Dans «Les Impatientes», l’autrice va aborder les thèmes des mariages forcés et précoces et les violences conjugales à travers trois personnages, qui résonnent dans la voix de leur créatrice:

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi