| | News

Depuis l'explosion, Beyrouth lutte contre l'exode de ses artistes

Alors que les dégâts matériels ont été largement réparés, la culture beyrouthine peine à se relever du 4 août 2020. L’accumulation des crises et le manque de perspectives pèsent sur ses acteurs. Malgré tout, la compagnie théâtrale Zoukak et le festival Irtijal ont lancé des programmes de tutorat pour soutenir des comédiens et musiciens locaux.

Le contexte. Les six mois qui ont suivi l’explosion du port de Beyrouth, Liane Mathes Rabbath n’est pas retournée dans son atelier. Celle qui manie le papier de Damas - ce papier de cigarette fin et satiné à l’emballage orné de calligraphies éclatantes - avec patience et persévérance jusqu’à créer des toiles éclatantes, n’en avait plus l’énergie. La Luxembourgeoise, qui a étudié la finance à Genève avant de s’installer voici 30 ans à Beyrouth, s’explique:

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi