| | News

Christophe Sturzenegger, pianiste, corniste et serial enregistreur

Christophe Sturzenegger, pianiste, corniste et compositeur | Photo: Blaise Glauser

Ce témoignage est extrait de notre newsletter consacrée à la culture et ses enjeux, Le Point fort culture. C'est gratuit, inscrivez-vous!

Au moment où l’on écrit ces lignes, Christophe Sturzenegger se trouve en plein enregistrement du 4e album du Geneva Brass Quintet. L’ensemble grave cette semaine, dans la mythique Salle de Musique de la Chaux-de-Fonds à l’acoustique enviée partout dans le monde, un répertoire formé uniquement de pièces originales pour quintette de cuivres de compositeurs suisses. Pour les 20 ans de la formation, le label Claves a donné carte blanche à celle-ci. «Une jolie reconnaissance», souligne le corniste et co-fondateur du GBQ. Qui y interprètera une de ses pièces, Le Fracas du temps.

D’un album à l’autre. Il y a exactement deux semaines, le Genevois vernissait sous le label Klarthe son dernier album en piano solo, consacré au répertoire de Richard Strauss, symbole du romantisme tardif allemand: An einsamer Quelle, qu’il traduit par A une source solitaire. Serait-ce une métaphore pour la vie de l’artiste en temps de pandémie, seul face au néant des salles vides? «Pas du tout!», s’exclame Christophe Sturzenegger, les yeux grands ouverts. «Et j’espère que personne ne fera l’association avec ça.» An einsamer Quelle, c’est le titre du deuxième mouvement de l’opus 9 du compositeur allemand, Stimmungsbilder (Impressions). «J’ai enregistré des pièces du jeune Strauss, antérieures à ses grosses œuvres du répertoire. Cela évoque comme une source qui allait déboucher sur les grands fleuves plus tard», les plus jouées étant ses œuvres orchestrales, ses Lieder et ses opéras.

Le disque comporte ses 5 Klavierstücke (Pièces pour piano), des transcriptions par Otto Singer et Max reger, ainsi qu’une adaptation pour piano de l’Andante posthume, emplie de poésie, signée par le musicien genevois lui-même. Cette pièce, «que seuls les cornistes connaissent», il l’a souvent jouée. «Elle est à la fois quelque chose d’assez naïf et très straussien».

Car Richard Strauss nourrissait une relation toute particulière avec l’instrument de son père. Premier cor solo de l’Opéra de Bayreuth, Franz Strauss participa à ce titre aux premières exécutions des opéras de Wagner et occupait la fonction de professeur de cor à l’Académie de musique de Munich. Rien de plus naturel, dès lors, que Strauss le fils mette spécifiquement cet instrument en valeur dans ses œuvres, «d’une forme très héroïque», comme dans ses deux concertos pour cor et son poème symphonique Till l’Espiègle, où le héros est incarné par l’instrument si riche en harmonies.

Prendre de la hauteur. Il est comme qui dirait super actif, Christophe Sturzenegger. Issu d’une famille de musiciens, le fait d’étudier deux instruments au niveau professionnel lui a permis de maintenir un certain équilibre. «Etre corniste a peut-être pour conséquence que je respire mieux quand je suis au piano», analyse-t-il. «Oui, des fois j’ai des journées un peu remplies. Mais c’est aussi un moteur.» Qu’il soit derrière son (ses) instrument(s) ou à 4400 mètres d’altitude pour jouer du cor des Alpes du haut du Cervin. Féru de montagne, il donne parfois l’impression de passer plus de temps sur les cimes qu’à faire ses gammes. Cela ne l’a pourtant pas empêché de graver l’année dernière un disque consacré au cor, un projet cette fois en conséquence directe de la crise de Covid-19.

En mars 2020, la culture s’arrête et les annulations de concerts pleuvent. «Je me revois en train de me dire qu’il faut s’entretenir. Pendant un jour ou deux, on fait des gammes, des techniques, et c’est super!», sourit-il.

«Puis je me suis mis à retrouver des partitions ici et là dans mes archives. Je me suis dit que comme on ne savait pas combien de temps ça allait durer, autant préparer un disque! Là, le travail prend alors un sens tout à fait différent.»

Un enregistrement est-il rentable ? Un disque coûte beaucoup d’argent mais n’en rapporte pas énormément, du moins directement. «Mais dans ma démarche artistique, j’aime bien ce côté où l’on prend une photo de l’instant T. Une trace, comme un témoignage d’un moment donné», explique-t-il.

«Selon le type d’activité musicale, à l’orchestre ou en accompagnement, on passe souvent rapidement d’une œuvre à une autre. Dans l’acte d’enregistrer, j’aime le fait de me plonger dans une œuvre, la creuser en profondeur.»

Et plus concrètement, le disque et le travail de promotion autour permettent de marquer la présence de l’artiste et générer davantage d’engagements sur les saisons suivantes.

Le jour où l’on se parle coïncide avec la rentrée du second semestre à la Haute Ecole de Musique de Genève, où Christophe Sturzenegger enseigne le piano comme instrument secondaire, l’harmonie pratique et l’improvisation au piano. Avant de clore notre discussion, nous évoquons l’état des étudiantes et étudiants en ces temps de fermetures et distanciations.

«C’est extrêmement difficile pour eux de garder la tête au-dessus de l’eau. On le ressent beaucoup dans le travail et dans l’humeur. Ils sont déprimés. Pour le côté financier, il existe de l’aide de la part de l’institution et de diverses fondations, mais c’est du soin intensif.»

Il aime échanger avec ses élèves et souligne l’importance de maintenir un contact présentiel avec eux, ce qui est permis pour les cours individuels. «C’est vital».

link

Soutenir la production de l’album «An einsamer Quelle» à travers son crowdfunding

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi