| | News

Bruno Peki, de l'humour pour Stop Suicide en pleine pandémie

L'humoriste Bruno Peki. Photo: Tissam Boutemine

Ce témoignage est extrait de notre newsletter quotidienne «Sortir de la crise». C'est gratuit, inscrivez-vous!

Il est sur tous les fils des réseaux sociaux mais cet humoriste genevois de 21 ans carbure surtout à la scène. Avec son spectacle «Innocent», il enchaîne les dates en Suisse romande, dont une permanence au Caustic Comedy Club de Carouge qui affiche bien souvent complet. «Je ne suis pas à plaindre d’avoir une rentrée chargée mais je prévois de prendre ma retraite à 32 ans», rit Bruno Peki avant d’ajouter: «De toute façon, le Covid est en train de bousiller ma jeunesse, alors autant bosser!»

Pas besoin de le répéter, les mesures sanitaires pèsent sur toute sa génération qui voit ses clubs se fermer et les rencontres spontanées se masquer. «C’est horrible d’avoir la vingtaine en 2020 mais je peux au moins encore trainer avec mes potes!»

Heureusement, l’artiste a droit à de meilleures nouvelles au niveau professionnel. Mardi soir, Bruno Peki a remporté le tremplin du festival Morges-sous-rire, une consécration pour celui qui avait déjà gagné un titre similaire au Montreux Comedy Club en 2019. «En général, le gagnant ou la gagnante part en tournée internationale mais tout est en attente car il y a d’abord Cinzia Cattaneo, lauréate de l’édition précédente, qui doit en profiter puisque tout a été bloqué par la pandémie», explique le Genevois. Les festivals Performance d’Acteur à Cannes, le Voo Rire à Liège ou encore la ComediHa à Québec, ça attendra.

Dans l’immédiat, le comique est assez occupé par son rôle d’ambassadeur de la 2ème édition de la soirée Stand Up #LÀPOURTOI qu’il anime ce vendredi 2 octobre au Bâtiments des Forces Motrices à Genève. Organisé par l’association Stop Suicide, l’événement invite la nouvelle vague de l’humour francophone à partager un moment sans tabou, notamment pour briser la solitude des générations Y et Z. «Ils font de la prévention par les jeunes pour les jeunes, à travers la culture ou le sport. Je trouvais bien de m’impliquer et de participer à cette sensibilisation. Les chiffres sont encore alarmants», souligne-t-il. Il rappelle que le suicide est la première cause de mortalité des 15-29 ans en Suisse et qu’un(e) ado sur cinq a des pensées suicidaires.

Alors pour les 20 ans de l’association, il a à cœur de partager un «grave bon moment» avec les 1000 spectateurs attendus devant les sketchs décomplexés d’un line-up ciblé: Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Yoann Provenzano, Alexandre Kominek, Farah et Le Cas Pucine.

1000 personnes dans un théâtre genevois, vraiment? «On vient d’avoir le feu vert du canton pour avoir full capacity avec masque, en délimitant cinq zones pour un traçage sécurisé», confirme Bruno Peki débordant d’enthousiasme.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi