Réservé aux abonnés

Vagues de chaleur: quelles conséquences pour la faune?

Pixabay / Rottonara

Les vagues de chaleur s’enchaînent en Suisse où une alerte canicule de niveau 3 (sur 4) est entrée en vigueur cette semaine. La chaleur écrasante pousse la population suisse à se réfugier derrière des volets clos ou des climatiseurs. Mais qu’en est-il de la faune qui n’a pas d’espaces climatisés où s’abriter? Heidi.news a posé la question a des spécialistes, qui proposent des gestes simples pour aider la faune qui nous entoure.

Des poissons aux chamois, coup de chaud. Des insectes aux oiseaux, en passant par les mammifères, les animaux souffrent aussi des effets de la canicule. A Alpstein, dans les préalpes appenzelloises, Urs Büchler, président de l’Association suisse des gardes-faune, observe déjà les conséquences des étés caniculaires, en commençant par la vie dans les rivières:

«De nombreux animaux aquatiques ne supportent pas des températures au-delà des 20 degrés, note le garde-faune. Actuellement, en montagnes, c’est surtout le niveau inhabituellement bas des rivières qui nous préoccupe. C’est une conséquence directe du peu de neige de l’hiver dernier.»

Le niveau d’eau est parfois si bas que les garde-faunes sont à pied d’oeuvre pour déplacer certaines espèces de poissons, comme les truites, vers d’autres ruisseaux, explique-t-il, avant d’ajouter: «Plus le niveau des rivières sera bas, plus elles se réchaufferont rapidement. C’est un cercle vicieux.»

Philippe Steiner, coordinateur de projets chez Pro Natura, rappelle que le réchauffement des cours d’eau réduit notamment leur taux d’oxygène: «Plus les rivières se réchauffent, plus elles deviennent eutrophes (les matières organiques, comme les algues, y prolifèrent, ndlr.) et manquent d’oxygène, ce qui se traduit en une perte de la faune.»

Sur les cimes alpines, les chamois subissent aussi de plein fouet les chaleurs excessives, soulève Urs Büchler: «Dans toutes les Alpes, de la Suisse jusqu’en Autriche, on voit leur population baisser.» Les gardes-faune cherchent encore à expliquer le phénomène, mais il leur paraît clair que la chaleur constitue un facteur:

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter