Réservé aux abonnés

Steinberger sur le Van Gogh aspergé: «une action non violente qui dérange est déjà une forme de succès»

Photographie de l'action du 11 octobre 2022 | Renovate Switzerland/Twitter

Que penser de la multiplication des actions de désobéissance civile? On fait le point avec la professeure Julia Steinberger, qui a participé à un blocage routier avec Renovate Switzerland le 11 octobre dernier.

Le 11 octobre 2022, la chercheuse en économie écologique Julia Steinberger, professeure à l’Université de Lausanne (Unil), participait à un blocage autoroutier près de Berne organisé par le mouvement de désobéissance civile Renovate Switzerland. Le 14 octobre, un jet de soupe à la tomate sur un Van Gogh à Londres venait de nouveau interroger les modes d’action des militants climatiques. Ces deux actions ont nourri le débat dans la société civile: l’art est-il plus sacré que la dégradation de la planète et du vivant? Et surtout, les chercheurs peuvent-ils, doivent-ils, s’engager dans des mouvements militants, même lorsque leurs actions sont réprimées par la justice? Entretien.

Lire aussi: Petit manuel de radicalisation climatique par la désobéissance civile

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter