Réservé aux abonnés

Puissance, énergie, mix électrique: lexique illustré de la crise énergétique

A la fin de l’été, le Conseil fédéral actionnait un plan d’économies d’énergie volontaire: par des mesures de sobriété choisies, la population était appelée à agir pour réduire la demande de gaz et d’électricité de 15% d’octobre 2022 à fin mars 2023. Mais le jargon de l’énergie est parfois complexe, entre puissance installée ou disponible, énergies renouvelables ou pilotables, charge résiduelle du réseau… De quoi parle-t-on? Connaissez-vous bien les mots de l’énergie et les grands concepts associés?

Pourquoi on en parle. La Suisse se prépare à un hiver sous haute tension et anticipe une possible crise énergétique: entre difficultés d’approvisionnement en énergies liées à la guerre en Ukraine et risque de black-out électrique — le pays l’ayant déjà frôlé deux fois fin 2021.

Mais pour bien comprendre la nature des risques, il faut commencer par employer les bons mots — et connaître la réalité qu’ils recoupent. Pour dépassionner des débats parfois biaisés par les opinions, revenons-en aux bases.

Lire aussi: Black-out: le talon d’Achille électrique de la Suisse

Qu’est-ce que l’énergie?

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter