L'histoire du brise-glace prisonnier de l'Arctique au nom du climat

Arrivée d'une équipe de chercheurs au Polarstern, décembre 2019 | Institut Alfred Wegener/Esther Horvath (CC BY 4.0)

Depuis le mois d’octobre 2019, un bateau de recherche est pris dans la banquise de l’Arctique. Le plus surprenant, c’est que c’est fait exprès! Une aventure dédiée à la recherche sur le climat que raconte la revue Nature et qui n’aura pas été simplifiée par la crise du coronavirus.

Pourquoi c’est intéressant. L’expédition de l’Observatoire dérivant multidisciplinaire pour l’étude du climat arctique (MOSAiC) est un projet international regroupant près de 300 scientifiques se relayant sur le Polarstern, brise-glace russe. Censée durer une année, cette mission a pour objectif l’obtention de données en continu sur l’évolution de l’atmosphère, de l’océan, de la glace et de la biodiversité en ce point reculé du globe. De telles informations sont notamment manquantes pour les longs mois d’hiver où il n’est pas possible d’atteindre une telle latitude, la glace étant alors trop épaisse.

link

Lire l'article dans Nature