| | News

Pourquoi lacs et mers intérieures sont les oubliés du changement climatique

Vue sur la ville d'Aqtaw, Kazakhstan, en bordure de la mer Caspienne | AnastassiyaL (Creative Commons)

Qui se soucie vraiment du devenir des lacs et mers intérieures, victimes pourtant eux aussi des effets du changement climatique? Pas grand monde, s’inquiètent un groupe d’experts allemands et néerlandais. Publiant un cri d’alarme dans Nature Communications, ils rappellent les menaces qui pèsent sur ces étendues d’eau, la biodiversité et les systèmes économiques qui en dépendent. A l’instar de la mer Caspienne, qui pourrait selon les scénarios voir son niveau chuter de 9 à 18 mètres.

Pourquoi c’est critique. Lacs et mers intérieures représentent des écosystèmes à la fois importants et fragiles. La hausse des températures augmente l’évaporation de leurs eaux, faisant réduire progressivement leur volume. Or, comme le notent les auteurs de cette alerte, le sujet semble échapper même au dernier rapport du Giec sur la cryosphère et les océans. En prenant le cas de la mer Caspienne en exemple, ils appellent la communauté scientifique à se pencher plus fortement sur ce problème.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi