| | News

Ouverture d'une semaine charnière pour la politique climatique suisse

Keystone-ATS / Alessando della bella

Alors que 2020 aura été l’année la plus chaude jamais enregistrée en Europe, alors que 2021 sera cruciale pour accélérer le combat contre le dérèglement climatique, des milieux économiques se lancent à l’assaut de la loi sur le CO2. C’est mardi qu’un comité représentant des branches des transports, de l’aéronautique, du bâtiment et de l’industrie pétrolière, soutenu par l’UDC, va déposer les signatures du référendum à la Chancellerie fédérale à Berne. On se souviendra à cette occasion que la lutte contre la pollution est un choix de société et qu’elle a un prix. Les Suisses sont-ils prêts à le payer?

Ce que demande la loi. La loi sur le Co2 est une rescapée, in extremis, de trois ans de travaux parlementaires et les dizaines de milliers de manifestants pour le climat, qui ont battu le pavé des rues du pays l’an dernier, n’y sont pas pour rien. L’un de ses éléments-clés est la création d’un fonds pour le climat, qui recueillera différentes recettes. Celles-ci, estimées à un milliard de francs, doivent servir à financer l’assainissement énergétique des bâtiments, le remplacement des chauffages fossiles et diverses autres mesures favorables à l’environnement.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous