Réservé aux abonnés

Les six bonnes nouvelles (malgré tout) pour l'environnement en 2022

Donna Ruiz/Unsplash

Tempête glaciale, canicule meurtrière, feux incontrôlables… 2022 a eu des airs d’apocalypse (comme 2021), mais a aussi vu des avancées significatives en matière de protection de l’environnement. Heidi.news a fait le compte de ces évolutions positives.

Un Noël vert en Suisse, et d’un froid meurtrier aux Etats-Unis… L’année 2022 se termine comme elle a commencé, chamboulée par des catastrophes climatiques qui s’enchaînent et s’intensifient autour du globe. Pire sécheresse en 500 ans sur le continent européen, feux de forêts dévastateurs, inondation d’un tiers du Pakistan, pire tempête hivernale en 60 ans aux Etats-Unis…

Et pourtant, contrairement à ce que ces tristes records climatiques laissent entendre, l’actualité en environnement n’est pas faite que de mauvaises nouvelles. L’année 2022 a aussi été marquée par de notables avancées pour la protection de notre planète bleue. Heidi.news fait le point.

1. La sobriété, un tabou définitivement brisé

Réduire notre consommation, un levier face à la crise écologique? C’est ce que soutient le dernier rapport du Giec, paru en avril dernier, qui a eu l’effet d’une bombe. Pour la première fois, l’organe des Nations unies s’attaque aux racines du dérèglement climatique: la surconsommation, en consacrant un chapitre entier à la demande. Et ses conclusions sont porteuses d’espoir: la réduction de la demande – par des changements de comportements, mais aussi des transformations de société – pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 à 70% d’ici 2050, tout en améliorant le bien-être et la qualité de vie.

Lire aussi: Black-out: «La sobriété ne doit pas seulement être un joker pour passer l’hiver»

En l’espace de quelques mois, la sobriété est d’ailleurs passée d’un tabou à un levier politique pour juguler la crise énergétique. Le 31 août, la Confédération appelle ainsi la population à diminuer sa consommation de gaz et d’électricité pour limiter le risque d’un black-out. Reste à savoir si ces mesures se pérenniseront au-delà de la crise.

2. Une première loi pour le climat pourrait voir le jour en Suisse

Le climat fait son chemin sous la coupole fédérale, qui a accueilli des scientifiques du climat et de la biodiversité en mai dernier. Quelques mois plus tard, en septembre, le Parlement vote en faveur d’une première loi pour le climat: le contre-projet indirect à l’initiative pour les glaciers. Aussi appelée «Loi fédérale sur les objectifs en matière de protection du climat, sur l’innovation et sur le renforcement de la sécurité énergétique».

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter