Réservé aux abonnés

Les réfugiés climatiques, ces oubliés du 21e siècle

Photo: The African Union Mission in Somalia

Élévation du niveau des mers, sécheresses, éboulements de terrain et inondations… En 2020, le réchauffement climatique a déjà poussé 30 millions de personnes à quitter leur habitat. Mais ce n’est que le début: d’ici trente ans, on pourrait compter 216 millions de réfugiés climatiques dans le monde. Si elle n’est pas en première ligne, la Suisse ne sera pas épargnée.

Pourquoi c’est urgent. Le dernier rapport du Giec, en date du 28 février, est clair: plus de la moitié de la population mondiale est déjà «très vulnérable» aux effets du réchauffement climatique, qui rend davantage de régions inhabitables, contraignant toujours plus de populations à migrer. Pourtant, le droit international ne reconnaît pas le statut de réfugié climatique.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter