Réservé aux abonnés

Le savoir autochtone, une boussole dans la crise climatique?

Au Groenland, des chiens tirent un traîneau à travers l'eau de fonte de la banquise, alors que les températures ont grimpé au-dessus des niveaux habituels. | Keystone / EPA / Stefen M. Olsen

Les peuples autochtones étaient jusqu’alors surtout considérés comme des victimes du changement climatique. Dans le dernier rapport du Giec, en date du 28 février 2022, ils sont pour la première fois reconnus comme pourvoyeurs de solutions. Mais comment les perspectives et les connaissances des peuples premiers peuvent-ils aider l’humanité à surmonter l’urgence climatique?

Pour le savoir, Heidi.news a posé la question à deux des experts autochtones du Giec, de la Finlande au Canada: Tero Mustonen, géographe, président de la coopérative indigène Snowchange, et chef du village finlandais de Selkie; et Miguel Sioui, expert en gestion environnementale à l’Université de Laurier à Ontario, descendant du peuple Huron-Wendat.

Heidi.news — Le dernier rapport du Giec accentue la nécessité d’intégrer d’autres systèmes de savoir et perspectives du monde. En quoi les connaissances autochtones sont-elles essentielles pour s’adapter et limiter le changement climatique?
Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter