| | Radar

Rejeter la loi CO2 serait un retour en arrière plutôt qu'un statu quo

Une voiture passe devant un panneau en faveur de la loi sur le CO2, à Lausanne | Laurent Gillieron/ Keystone

Si la loi sur le CO2 se voyait refusée le 13 juin prochain, de nombreuses dispositions actuellement en application se retrouveraient stoppées nettes, détaille le Tages Anzeiger. La faute à la disparition du cadre légal dans lequel elles opèrent.

Pourquoi c’est important. Généralement abrégée «Loi sur le CO2», le texte sur lequel le peuple est appelé à se prononcer le weekend prochain est la révision de la loi sur le CO2 actuellement en cours, qui arrive bientôt à échéance. Par exemple, l’obligation pour les importateurs de carburants de compenser leurs émissions de CO2, qui existe déjà, disparaitrait totalement.

Autre disparition, la possibilité, pour environ 1’100 entreprises, d’être exonérées de l’actuelle taxe sur le CO2 en échange d’engagement de réduction de leurs émissions.

link

Lire l'article du Tages Anzeiger (DE)

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi