| | Analyse

La neutralité carbone dans l'aviation, ce n'est pas pour demain

Avions d'Easyjet et de Swiss à l'aéroport de Genève | Salvatore Di Nolfi/ Keystone

Une aviation sans impact climatique, ce n’est pas pour tout de suite. L’Université de Genève organisait ce jeudi 17 décembre une table ronde consacrée à la question. Mais en présence du directeur d’Easyjet Johan Lundgren et celui de la branche romande de Swiss, Lorenzo Stoll, le débat s’est rapidement porté sur le bien fondé d’une taxe sur les billets d’avion, loin de faire l’unanimité autour de la table.

Pourquoi on en parle. L’aviation représentait près de 3% des émissions de carbone d’origine humaine en 2019, soit environ un milliard de tonnes de CO2, d’après l’Agence internationale de l’énergie. A l’heure où tous les secteurs doivent réduire leurs émissions, la même démarche est attendue du transport aérien.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous