| | News

L'UDC et les secteurs pétroliers et automobiles récoltent 110'000 signatures contre la loi CO2

Membres du comité référendaire contre la li sur le CO2, Berne | Peter Schneider/ EPA/ keystone

C’est avec plus du double du nombre de signatures requis en vue d’un référendum que le comité «Non à la loi CO2» s’est présenté ce mardi 12 janvier devant la Chancellerie fédérale à Berne. Ils réussissent là où certains grévistes du climat— également opposés à la loi, quoique pour des raisons différentes— n’ont pas réussi à récolter suffisamment de signatures. La loi sur le CO2 aura donc le droit à un nouvel acte, dans les urnes cette fois.

Pourquoi on en parle. Le comité référendaire, soutenu par l’UDC, appuie son argumentation sur les coûts supposés plus importants que représenteraient les nouvelles taxes prévues dans la loi, à la fois pour l’économie suisse mais également pour les ménages. Selon-lui, la Suisse ne représente à l’échelle de la planète qu’une part négligeable des émissions de CO2, et argumente que ces différentes mesures sont donc inutiles. La démarche est-elle de nature à mettre en danger le texte?

Le comité référendaire. Dans les faits, celui qu’on surnomme volontiers le comité économique semble bien plus restreint que son nom ne laisse entendre. Il est en effet essentiellement constitué d’acteurs des secteurs automobiles et pétroliers comme SwissOil ou encore l’Association des importateurs suisses d’automobiles, principaux secteurs visés par la loi.

L’avenir de la loi. Dans la pratique, le comité se retrouve opposé aux nombreux mouvements environnementaux mais aussi acteurs économiques qui y sont favorables. Le comité «Economie suisse pour la loi sur le CO2» regroupe ainsi de nombreux secteurs économiques allant de l’Association suisse d’assurances ASA, l’Association faîtière nationale de la construction ConstructionSuisse, et l’Association suisse des banquiers SwissBanqking. Le soutien politique de la loi devrait être large, depuis les Verts jusqu’au PLR.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi