| Radar

L’industrie de la mode tente de se racheter une conscience en Afrique

Ce n’est pas un secret, la mode est polluante. De 8% à 10% des émissions de dioxyde de carbone dans le monde sont produites par cette industrie, soit plus que les vols internationaux et le transport maritime réunis. Ces émissions sont avant tout liées à la production des matières premières dont une bonne partie se situe en Afrique.

Pourquoi ça risque de changer. Mais le continent africain tente de prendre un virage éco-responsable. Et il part de loin. Cotton, peaux animales, écailles de crocodile, de serpent et de pangolin, le continent est un réservoir sans fin pour l’inspiration et le portemonnaie des grandes marques. Ces dernières mettent en place critères écoresponsables et labels bio avec leurs fournisseurs africains, à l’image de L’Oréal qui commence à privilégier les matières premières renouvelables telles que le bois, le papier et le carton pour ses produits ou le groupe LVMH qui impose de nouveaux critères aux fermes africaines de crocodiles dont la traçabilité pour éviter le braconnage et… le bien-être animal.

link

Afrik 21

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi