| | News

L'inaction climatique plus coûteuse que les taxes de la loi sur le CO2

Réservoir de Muttsee, Glaris | Axpo/ Keystone

Le Conseil fédéral a validé sa stratégie climatique à long terme ce mercredi 27 janvier. Pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, la Confédération mise d’un côté sur sa loi sur le CO2 et sur sa stratégie énergétique pour réduire ses émissions de gaz à effet, et de l’autre sur le développement des énergies renouvelables. Pour quel impact sur les finances des entreprises et des ménages? Le Conseil fédéral se montre clair: l’inaction coûterait bien plus cher encore à la Suisse.

Pourquoi on en parle. En prenant comme socle la loi sur le CO2, la stratégie climatique à long terme du Conseil fédéral repose principalement sur la taxation. L’enjeu est de pousser les différents acteurs économiques à baisser leurs émissions de gaz à effet de serre et à financer en partie la transition énergétique. Taxe sur les carburants, sur les bâtiments polluants, sur les billets d’avions, sur les importations de voitures… la liste est longue. Au point qu’il s’agit d’un des principaux arguments du référendum contre cette loi, lancé par l’UDC et les secteurs pétroliers et automobiles.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi