| | News

EXCLUSIF - Vague de perquisitions chez les grévistes du climat

Manifestation à Zurich en mars 2021 (image d'illustration) | KEYSTONE / ENNIO LEANZA

Mercredi 26 mai, Loïc a vécu un réveil plutôt brusque. A 6h45, trois voitures de police débarquent devant la maison des hauts de Lausanne où le gréviste du climat habite en colocation. Pas moins de sept agents de la police judiciaire fédérale, de la police cantonale et des services informatiques annoncent une perquisition et fouillent la villa. Ils lui confisquent son téléphone portable, son ordinateur, lui demandent ses identifiants et clonent ses données sauvegardées sur le cloud.

Pourquoi une telle opération. Sur le moment, l’architecte de 31 ans, n’a pas la moindre idée des raisons d’une telle perquisition. «C’était impressionnant et déstabilisant», confie-t-il. Après cinq jours de «déconnexion totale», ses affaires lui ont été rendues par la police, qui a copié ses données. Le déclencheur remonte en fait à l’appel à la grève militaire de la Grève du Climat (Gdc) romande, lancé il y a plus d’un an.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi