Réservé aux abonnés

En Chine, entre vagues de chaleur de plus en plus sévères et inondations monstres

Une femme cherche tant bien que mal à se protéger du soleil, le 14 juillet 2022 dans les rues de Pékin. | Keystone/AP / Mark Schiefelbein)

La tradition chinoise est riche d’enseignements: chaque année, après le solstice d’été vient la période la plus chaude de l’année, aussi appelée sanfutian et qui apparaît déjà dans le Livre des mutations. Seulement voilà, si ce traité de divination remontant au premier millénaire avant l'ère chrétienne donne bien quelques astuces pour se prémunir de ces «trois périodes de plus forte chaleur», il n’avait pas prévu que la situation irait en empirant en Chine, et que la mortalité liée aux vagues de chaleur doublerait en vingt ans.

Pourquoi on en parle. De mars à mai, la presse internationale s’était beaucoup émue des très fortes chaleurs qui avaient affecté le sous-continent indien, provoquant la mort de plusieurs dizaines de personnes en Inde et au Pakistan. Le nord-ouest et le centre de l'Inde ont ainsi connu le mois d'avril le plus chaud depuis 122 ans, avec des pointes dépassant les 45º C dans certaines localités.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter