Réservé aux abonnés

Crise énergétique: remplacer tous les appareils énergivores suffirait-il?

Creative Commons / unsplash / David Son Luna

La crise énergétique est à nos portes, et si l’on en croit les journaux, les Suisses la gaspillent. Un rapport de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) dévoilé le 17 septembre par la presse dominicale révélait que si tous les appareils obsolètes ou énergivores étaient remplacés, la Suisse pourrait économiser 25 à 40% d’électricité. Tient-on la solution miracle? Pas si vite.

Pourquoi ce n’est pas si simple. L’efficacité énergétique, soit la capacité des appareils à délivrer le même service en consommant moins d’énergie, est un levier important pour réduire notre consommation… mais pas dénué d’effets pervers: «en l’absence de mesures de sobriété — soit la réduction de la demande —, les gains d’efficacité sont engloutis par l’effet rebond», illustrait l’experte du Giec Yamina Saheb, spécialiste de la sobriété. L’effet rebond, c’est ce mécanisme par lequel améliorer l’efficacité des moteurs de voitures n’empêche pas le nombre de véhicules d’augmenter chaque année, par exemple.

Dans le même temps, les Suisses sont déjà bien conscients du coût que représente leur consommation électrique, rappelait le 22 septembre un sondage de l’institut Link. Environ 10% des sondés économisent déjà l’électricité en privilégiant les douches, en éteignant les appareils et en chauffant moins. C’est d’autant plus compréhensible dans un contexte d’augmentation massive des prix de l’énergie.

Lire aussi: La sobriété, une cure détox pour se sevrer des énergies fossiles

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter