| | News

Comment repenser les initiatives de reboisement pour mieux stocker le CO2

Reboisement dans le Valais après un incendie, 2012 | Yannick Bailly/ Keystone

Quitte à replanter des forêts, autant le faire bien. Un groupe de chercheurs, dont plusieurs de l’Université de Genève, a étudié l’effet des pratiques de reboisement qui ont cours à travers le monde. Selon la région où on se trouve, il s’avère que trop privilégier la diversité des espèces d’arbres réduit l’efficacité du reboisement: moins de CO2 est alors piégé que dans une forêt naturelle.

Pourquoi c’est important. Replanter des arbres, notamment là où la déforestation a fait des ravages, est une approche de compensation carbone fréquente. Mais son bilan réel reste discuté par les spécialistes, ainsi que le choix des zones à reboiser en fonction du changement climatique. Cette nouvelle étude donne un nouvel éclairage sur les bonnes pratiques à adopter pour reboiser le plus efficacement possible.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi