Réservé aux abonnés

Avec la disparition des glaciers suisses, les larmes salées des cultures en Camargue

Vignes en Camargue, image d'illustration. | Flickr / Creative Commons / Michel Bourgouin

Dans le Gard, en France, dans le delta du Rhône, les plantes cultivées connaissent une mort salée qui trouve en partie son origine dans les Alpes suisses. Car malgré la fonte des plus grands glaciers, l’eau douce a manqué à la source: de nombreux fleuves, comme le Rhin — mais aussi le Rhône — ont atteint des niveaux historiquement bas. De quoi donner un avantage destructeur à l’eau de mer, avec laquelle l'eau du Rhône se mélange dans les sols camarguais…. Alors que la période de vendange bat actuellement son plein dans une région connue pour ses vins de sable, les scientifiques sur place se creusent les méninges pour trouver des solutions.

Pourquoi c’est intéressant. La fonte des grands glaciers—à l’instar de ceux du Rhône ou d’Aletsch —ne compense que provisoirement les effets néfastes de la sécheresse sur les sols camarguais. Conséquence? Les scénarios d’une économie à la fois viable et pauvre en eau douce sont au cœur de discussions politiques dans le Département du Gard, qui font écho à une actualité récente brûlante.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter