Reservé aux abonnés

Pour cette ado, le Covid a rendu possible une relation sérieuse

Sarah Zeines

Cette chronique fait partie de notre série Coronamour écrite pour Heidi.news par Sarah Zeines.

Mélanie*, 16 ans, connaît ses limites. Coucher le premier soir? Très peu pour elle. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir une sexualité active. «Je m’estime simplement plus sérieuse que la majorité de mes copines, dit-elle. Mes potes me disent constamment que je ne m’amuse pas assez. Que je devrais moins me prendre la tête sur les histoires de sexe. Je ne les juge pas, mais je ne veux pas faire comme elles. Je n’ai pas envie d’offrir mon corps à n’importe qui. L’acte sexuel a beaucoup d’importance pour moi.»

Aux balbutiements d’une relation avec un collégien de 19 ans, - ils se sont rencontrés pendant la période des magasins fermés du début de l’année -, la jeune Genevoise raconte ses expériences de séduction en pleine pandémie. Une réalité qui comporte son lot d’obstacles, mais d’avantages aussi.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous