| | Vidéo

VIDÉO - Le lac Léman, de nombreuses légendes dont celle de l'essor du tourisme

Le lac Léman, c’est des chiffres: vieux de plus de 10’000 ans, près de 600 km2 pour 167 kilomètres de rives. C’est aussi un paysage: au milieu des Alpes, où les montagnes se devinent derrière la platitude de ses ondes, divisées d’une frontière franco-suisse. Et c’est bien sûr des légendes, regroupées par la journaliste Isabelle Falconnier dans Léman, légendes l’un lac, aux Editions Nevicata.

L’arrivée du tourisme. Véritable «addict» du Léman, Isabelle Falconnier raconte la naissance improbable du tourisme au bord du lac. Au milieu du XVIIIe siècle, deux poètes vont transformer la région lémanique en profondeur. Le premier est Jean-Jacques Rousseau, lorsqu’il plante le décors de Julie ou la Nouvelle Héloïse à Clarens, sur ce qui n’est pas encore la Riviera suisse. C’est un succès, les lecteurs du livre s’empressent de visiter la ville. Jusqu’à attirer alors un jour un célèbre poète anglais, Lord Byron. «Une star, un jeune dandy», qui faisait la Une des gazettes people de l’époque, raconte Isabelle Falconnier. C’est l’essor du tourisme:

«Le Léman, avant, c’était un endroit où l’on passait. On allait en Italie, en Grèce, en Egypte. Après Byron, le Léman est devenu une destination.»

S’en suivent de nombreuses transformations des rives du Léman: «Il a fallu construire des lignes de train, de tram, des hôtels, leur offrir de l’électricité, de l’eau chaude, une vie sociale. C’est un vrai boom, le tourisme est né à ce moment-là, grâce aux premiers poètes qu’ont été Byron et Roussseau.»

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.