| | Analyse

L'armée suisse et ce monde qui change

Viola Amherd pose devant un FA18 en juin 2021. | Keystone / Marcel Bieri

Dépassée, coûteuse, pollueuse, inutile, sujet de moqueries ou de vifs débats idéologiques, l’armée suisse n’a que rarement bonne presse. Elle n’en est pas moins un des piliers du pays et est appelée à jouer un rôle central dans les défis à venir. Reste à déterminer quel rôle lui confier.

Pourquoi on en parle. Samedi, la Société suisse des officiers (SSO) a tenu son assemblée des délégués, lors de laquelle il a notamment été question:

Cet article est réservé aux abonnés.