| news

«Une ville sans culture, c’est comme une gueule de bois»

Cécile Roten. Photo: Jennifer Santschy

Cet article est extrait de notre newsletter quotidienne «Le Point Coronavirus: Sortir de la crise». Inscrivez-vous, c'est gratuit!

Alors que Cécile Roten prenait la tête du service de la culture de Vevey en 2019, la ville était l’une des destinations phare du «National Geographic» avec son été sous le signe de la Fête des Vignerons. Bonnes joueuses, certaines manifestations avaient déjà dû être déplacées ou annulées pour laisser vibrer l’événement. Double peine un an plus tard, avec un scénario aux antipodes: cette fois, c’est l’onde de choc Covid-19 qui a tout bouleversé.

Les acteurs culturels remplissent aujourd’hui des formulaires. Des mesures de soutien et d’indemnisations nécessaires mais avec leurs limites administratives. «Les catégories sont parfois trop restrictives et produisent des iniquités. Par exemple, la création littéraire est soutenue mais pas l’édition. Une nouvelle œuvre doit pourtant être diffusée», remarque la cheffe de service.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

La newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi