| news

Covid-19: une pasteure vaudoise témoigne de la difficulté de mener les services funéraires

Image d'illustration. Pixabay

Notre nouvelle newsletter gratuite, le Point Coronavirus vient remplacer pour quelques semaines le Point Sciences. Chaque jour, elle vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux. Ce nouveau rendez-vous quotidien donne la parole aux soignants qui se dévouent sur le front du Covid-19.

«C’est inhumain.» Une pasteure vaudoise témoigne de la difficulté de mener les services funéraires. «On se retrouve à 10 dans l’église, moi comprise, et j’invite à respecter les distances de sécurité. La famille se répartit à un ou deux par banc, ça fait bizarre. Ce qui est dur aussi, c’est que les gens doivent faire des calculs: “Je ne suis que le beau-frère, je ne vais pas venir afin de laisser une place”, ou encore “On ne va pas prendre d’organiste, ça fait une place en plus”».

«La préparation du service funéraire avec la famille du défunt se fait par téléphone, ou alors à l’église, afin de pouvoir s’éloigner les uns des autres. Les pompes funèbres ne font pas d’annonces pour que le service reste dans l’intimité. Si certains préfèrent justement l’intimité dans ce genre de cérémonie, pour d’autres, c’est au contraire le soutien de la famille, des amis qui compte.» Si la jauge est de 10 personnes dans les paroisses, elle est fixée dorénavant à 5 dans le centre de Lausanne.

Toutes les autres cérémonies religieuses ayant été annulées, la pasteur cherche d’autres moyens de garder le lien avec ses paroissiens. «Le conseil synodal nous a invité à faire du télétravail. Je poste sur la page Facebook de la paroisse, et je téléphone aux plus de 65 ans. J’ai une liste, du plus vieux au plus jeune, et je les appelle un par un pour prendre des nouvelles. Mais j’en ai 600, 700! J’ai des collègues aussi qui font un culte en streaming. C’est un métier de relations, complètement chamboulé. J’avoue que j’ai quand même rigolé à la remarque de l’humoriste Thomas Wiesel: “Le Conseil Fédéral annule toutes les réunions, sauf les enterrements. Il sait mettre l’ambiance, Alain Berset”.»

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

Lire aussi