| | news

Le baiser de deux astres aurait formé Ultima Thule

Ultima Thule, lors de son survol | NASA/JHU-APL/SwRI/Thomas Appéré

Les premiers résultats du survol d’Ultima Thule par la sonde New Horizons laissent penser que l’étrange géométrie de l’objet est le fruit d’une collision douce entre deux astres.

Pourquoi c’est important. L’astéroïde pourrait apporter des informations précieuses sur la formation des objets de la ceinture de Kuiper, qui remonte probablement de la naissance du système solaire.


3442.jpg
Modélisation d'Ultima Thule. La région en pointillés correspond à l'incertitude sur la forme de l'astre | d'après NASA/Johns Hopkins Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

Que sait-on d’Ultima Thule. Les travaux publiés aujourd’hui dans Science sont encore très préliminaires. Car les scientifiques ne disposeront de l’ensemble des données qu’à l’été 2020!

  • La forme en bonhomme de neige d’Ultima Thule semble provenir de la rencontre de deux objets, qui se sont rencontrés à très faible vitesse, un peu comme on arrime une capsule sur la Station spatiale internationale.

  • Les scientifiques sont intrigués par la nature de la collerette qui les relie et par la platitude d’Ultima, le plus grand des deux lobes qui ressemble à un pancake.

  • Ultima Thule est l’objet le plus rouge jamais découvert dans le système solaire (si l’on excepte la planète Mars, dont la surface est riche en oxyde de fer). Cette couleur pourrait avoir une autre origine sur l’astéroïde: par exemple, des molécules organiques.

Quel est le périple de New Horizons. Lancée en 2006, la sonde avait mis le cap sur Pluton, l’objet phare de cette mission. Pluton a été survolé après neuf ans de voyages. Ensuite, la Nasa a mis le cap sur 2014 MU69, un objet découvert en 2014, qui a été survolé le 1er janvier 2019, à seulement 3500 km de distance de là.

La Nasa cherche désormais une nouvelle cible compatible avec la trajectoire de New Horizons, la sonde devant encore fonctionner une dizaine d’années.

link

Lire la publication dans Science (EN)

| | radar

Aux États-Unis, les discriminations raciales et sexistes gâchent la vie des postdoctorants

Aux Etats-Unis, mieux vaut s'appeler Bradley Miller que Maria Rodriguez pour décrocher un post-doctorat |Creative Commons

Cet article fait partie de notre dossier sur la grève des femmes, qui sera enrichi au fil de la journée du 14 juin.

À compétences académiques égales, qui a le plus de chances d’être recruter pour un post-doctorat aux Etats-Unis: un homme, un homme dont le nom a des consonances étrangères, ou une femme? Les discriminations sexistes et raciales s’appliquent aussi à ce niveau de recrutement académique, révèle une nouvelle étude, que relaye la revue Science.

Pourquoi s’être intéressé au recrutement post-doctoral? Selon les auteurs, il s’agit d’une période critique où il n’y a pas vraiment de contrôle extérieur. Contrairement au recrutement de professeurs, ou d’étudiants, les recruteurs procèdent seuls, sans devoir en référer à un comité extérieur.

| | news

A Sydney, les recettes d'une université championne du monde de l'égalité

Western Sydney University. | WSU

Cet article fait partie de notre dossier sur la grève des femmes, qui sera enrichi au fil de la journée du 14 juin.

En avril 2019, la Western Sydney University s’est hissée à la première place du classement de Times Higher Education qui distingue les universités les plus efficaces pour gommer les disparités entre hommes et femmes. L’établissement australien affiche 41% de professeures, et compte 47% de femmes au sein de sa direction, en progression de 5% par rapport à 2017

Pourquoi c’est surprenant. On s’attendait à voir apparaître une université scandinave sur la première marche du podium. L’Australie, si elle n’a pas à rougir, ne se trouve en effet pas parmi les pays qui brillent pour leur performance en matière d’égalité dans les universités. La moyenne de femmes professeures y est de 30%.

| | radar

Moving Mountains, un forum pour gérer les défis de la durabilité en montagne

Présenter les bonnes pratiques du développement durable en montagnes: c'est l'un des objectifs du Moving Mountains Forum Ecovillages | Wikicommons

«Partager le savoir durable»: c’est le thème de la huitième édition du Forum Ecovillages qui se tient à la rentrée aux Diablerets et qui, pour l’occasion, change de nom. Il s’appelle désormais Moving Mountains. Heidi.news en sera un des partenaires média.

Le 6 septembre 2019, avec des tables rondes, des présentations et des ateliers pratiques, le forum s’attachera à démontrer comment, à la montagne, les questions de durabilité sont exposées, transmises et concrétisées dans les domaines de l’énergie, de l’économie circulaire, de l’information scientifique et du sport.

| | radar

La NASA rend hommage à ses figures de l'ombre

La NASA avait-elle eu vent de la grève des femmes en Suisse? C’est en tout cas cette semaine qu’elle a choisie pour rendre un hommage officiel à ses “figures de l’ombre”, en rebaptisant Hidden Figures Way (chemin des figures de l’ombre) la rue de son siège principal à Washington.

De qui parle-t-on. Outre le livre puis le film qui leur ont été consacrés en 2016, “Hidden Figures” fait référence à trois femmes noires: Katherine Johnson, Dorothy Vaughan, et Mary Jackson. Toutes trois scientifiques à des postes différents au sein de la NASA, elles ont fortement contribué, sans en être créditées, à la conquête spatiale au cours des années 60.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | portfolio

Grève des femmes: les photos de la préparation à l'UNIGE, aux HUG et à Lausanne

L'Uni Mail s'est transformé en atelier de pancartes pour préparer la manifestation | Sophie Woeldgen

Cet article fait partie de notre dossier sur la grève des femmes, qui sera enrichi au fil de la journée du 14 juin.

En attendant le départ des cortèges de la grève des femmes, dès 17h à Genève, les Suissesses, étudiantes, professeures, chercheuses ou encore soignantes, fourbissent leurs slogans et peaufinent leurs pancartes. Notre journaliste Sophie Woeldgen a saisi quelques-uns de ces instantanés en images à l’UNIGE et aux HUG.

À l’Université de Genève:

| | radar

Une étude chiffre le lourd tribut carbone de intelligence artificielle

Dans le film éponyme, Wall-E arpente une décharge (image d'illustration) | shizo/Flickr/Creative Commons

Prendre l’avion pollue, la faute au kérosène. Regarder Netflix en streaming pollue, la faute aux datacenters. Et parler à Siri ou à Alexa? Oui, l’intelligence artificielle aussi pollue. Et dans des proportions insoupçonnées, soulève une étude qui sera présentée à l’occasion d’un congrès à Florence en juillet.

Pourquoi l’IA pollue de plus en plus? La faute en revient à la puissance électrique requise pour faire fonctionner les algorithmes de machine learning: on ne parle pas ici d’ordinateur personnel, mais de machines de guerre souvent munies de plusieurs cartes graphiques afin de pouvoir mener davantage de calculs en parallèle.

| | question

Pourquoi la Roumanie a-t-elle les universités les plus égalitaires d'Europe?

Klea Faniko, de l'Université de Genève, répond à cette question.

Cet article fait partie de notre dossier sur la grève des femmes, qui sera enrichi au fil de la journée du 14 juin.

La Roumanie est le pays où la part de femmes professeures est la plus haute d'Europe. Ici, l'université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca | https://www.ubbcluj.ro/

La question complète. Le rapport She Figures 2018 de la Commission Européenne propose un classement des pays européens en fonction du pourcentage de femmes professeures dans les universités. La Roumanie arrive en tête, avec plus de 54%. Sur le podium, on trouve aussi la Bosnie-Herzégovine, avec 45%, et la Lettonie, avec 41%. La moyenne européenne, en comparaison, stagne sous la barre des 24%. Comment expliquer que l’Europe de l’Est et les Balkans se démarquent à ce point?

La réponse de Klea Faniko, spécialiste des politiques d’égalité des genres à l’Unité de psychologie sociale de l’Université de Genève.

| | radar

Quelles sont les recettes éprouvées contre les poux selon la science?

Un pou mâle | Gilles San Martin - Creative Commons

Que les parents qui n’ont jamais dû épouiller un enfant se lèvent. Laura Sanders, journaliste à Science news (EN) raconte ce jeudi son expérience, nourrie de données scientifiques!

Pourquoi on vous en parle? Les poux font l’objet d’un business juteux pour quelques sociétés pharmaceutiques et des vendeurs de solutions aussi chères qu’inefficaces. Rien de tel qu’un peu de science!

| | news

Au Groenland, la vitesse du changement climatique met au défi les cartographes

La carte du Groenland et de l’Arctique européen est profondément remaniée par le changement climatique | British Antarctic Survey

Avez-vous déjà tenté de dessiner un objet en rapide mouvement? Dans un sens, c’est le défi auquel ont été confronté les cartographes du British Antarctic Survey (BAS) pour la réalisation de la nouvelle version de la carte du Groenland et de l’Arctique européen, sortie ce jeudi.

Ce qui a provoqué cette situation. La topographie des régions polaires est fortement influencée par les importants glaciers qui s’y trouvent. Or le changement climatique actuel les fait fondre de plus en plus rapidement.

Heidi.news sur votre téléphone ou votre tablette

Nos explications

| | interview

«Il faut se donner les moyens d’éliminer la censure sociale»

L'ordinateur Colossus a été utilisé par le Royaume-Uni pendant la Seconde guerre mondiale | Domaine public

Cet article fait partie de notre dossier sur la grève des femmes, qui sera enrichi au fil de la journée du 14 juin.

Malgré les vœux pieux des entreprises et des universités, les femmes restent minoritaires en informatique. Pourquoi? Nous avons posé la question à Isabelle Collet, informaticienne et maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Genève, également vice-présidente du conseil d’administration d’une école d’ingénieurs française, l’INSA de Lyon.

La prise de conscience de la sous-représentation des femmes dans les métiers de l’informatique remonte à plus de 10 ans. La situation s’est-elle depuis améliorée?
| | news

Bactérie, algue et limace, un couple à trois pour la survie

La limace E.rufescens se nourrissant d'une algue Bryopsis sp. | Institute of Marine and Environmental Technology,

Une équipe américaine montre comment une algue, une limace de mer et une bactérie vivent en symbiose.

Pourquoi on vous en parle. La symbiose est un mode de coopération fréquent dans les écosystèmes. Le processus tripartite décrit cette semaine dans Science est inhébituel, avec une bactérie inconnue jusqu’à présent qui produit des molécules chimiques pour le compte de ses partenaires.

| | news

Le labo féministe de Gisou van der Goot, biologiste et doyenne à l'EPFL

Photographie de Gisou van der Goot, doyenne de la faculté des sciences de la vie à l'EPFL| Alain Herzog

Cet article fait partie de notre dossier sur la grève des femmes, qui sera enrichi au fil de la journée du 14 juin.

Bonjour, c’est Gisou à Lausanne. Je ne suis pas une nouvelle collaboratrice scientifique de Heidi.news (!) mais biologiste, doyenne de la faculté des sciences de la vie à l'EPFL et rédactrice en cheffe de cette édition spéciale du 14 juin.

Je fais la grève des femmes aujourd’hui. Rassurez-vous, c’est hier que j’ai préparé les lectures et les commentaires que je vous partage ici. Ne soyez pas surpris(es), je ne me limite pas à des sujets de femmes :-)

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | hd

Grève des femmes sur Heidi.news: notre programme pour ce vendredi 14 juin

Cet article fait partie de notre dossier sur la grève des femmes, qui sera enrichi au fil de la journée du 14 juin.

14 juin, jour de grève. Aujourd’hui la moitié de la population suisse est appelée à ne pas se rendre au travail, et à aller manifester pour l’amélioration de ses droits. Car les femmes vivent au quotidien des discriminations que ne connaissent pas les hommes: inégalités sociales ou salariales. Elles se heurtent au plafond de verre lors l’évolution professionnelle, sont parfois mises au placard lors de leur retour de congé maternité, voire subissent le harcèlement de leur entourage…

N’ayons pas la mémoire courte. Il a fallu attendre 1971 pour que le droit de vote des femmes soit institué au niveau fédéral! En 1991, une grève féministe spontanée avait rassemblé plus de 500’000 Suissesses. Et aujourd’hui? Chez Heidi, la majorité de nos collaboratrices se joindront à la grève. Sauf moi, qui plutôt que de rendre mes crayons, ma souris et mon clavier, anime cette page… Paradoxal? Mais qui de mieux qu’une femme pour parler de la grève des femmes? La question du sexisme traverse aussi le champ des sciences et techniques, et c’est de cela dont il sera question aujourd’hui.

| | news

Sexisme, «boys club» et plafond de verre: les universités suisses continuent de sacrifier les femmes

Visite de l'EPFL d'une délégation du Liechtenstein, avec Martin Vetterli et Ueli Maurer| Keystone

Cet article fait partie de notre dossier sur la grève des femmes, qui sera enrichi au fil de la journée du 14 juin.

L’université reste un bastion masculin en 2019. Si au niveau bachelor et master, la Suisse atteint la parité – et même une légère majorité de femmes! –, c’est loin d’être le cas lorsque l’on monte dans la hiérarchie académique. Le pays ne compte que 22,8% de professeures, alors que la Conférence des recteurs avait fixé l’objectif de 25% pour… 2012.

Pourquoi c’est grave. Ce phénomène appelé leaky pipeline représente une immense perte de compétences pour la recherche. Une fuite des cerveaux vers d’autres carrières, en quelque sorte.