Réservé aux abonnés

Ukraine: percée diplomatique et accusations de crimes de guerre

Des civils ukrainiens se terrent dans les sous-sols, lors d'une alerte à la bombe. | Keystone / Mykola Tys

Est-ce le début, prudent, d’une sortie de crise? Les premiers signes d’un retour à la raison, dans le conflit ukrainien au bilan humain dramatique et aux conséquences économiques majeures, qui se paient au prix d’une inflation galopante jusque dans nos pays?

Le négociateur en chef ukrainien dans les pourparlers de paix avec la Russie, David Arakhamia, affirme que Moscou a accepté «oralement» les principales propositions de son pays. Aucune confirmation officielle pour l’heure de la partie russe, mais une rencontre entre les présidents Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine, en Turquie, aurait été évoquée. Moscou dément mais son négociateur en chef Vladimir Medinski, a fait l'éloge, dimanche 3 avril, d'une position «plus réaliste» de Kiev. Les négociations doivent reprendre lundi 4 avril.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter