Reservé aux abonnés

Témoignage d'un pasteur infecté par le coronavirus en quarantaine avec sa famille

Photo d'illustration. CC BY 2.0 Flickr / Joe Hunt

«On se demande ce qu'il y a de pire: être isolé où entendre sa fille chanter à tue-tête “Libérée, délivrée” de la Reine des Neiges...» Benjamin Corbaz est pasteur à Savigny. Il y a une dizaine de jours, il a commencé à ressentir des douleurs musculaires et à tousser. Il «s'auto-isole» dans une pièce de la maison, mais très vite sa femme présente aussi des symptômes. Éducatrice spécialisée en contact avec des enfants, elle peut rapidement faire un test au CHUV, dimanche dernier. On l'appelle lundi: le test est positif.

«Donc on s'est tous mis en quarantaine depuis ce jour. Heureusement, la maison est grande, avec un grand jardin. Il y a vraiment pire. On a instauré un rythme de vie, activités dedans le matin, courir dans le jardin après le goûter, etc. Après, c'est long: on nous a dit de rester en quarantaine 10 jours après le début des symptômes. Mais c'est quand exactement le début? Ensuite, il faut encore attendre 48 heures après la fin des symptômes. Notre horizon, c'est la fin du mois!»

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous