Réservé aux abonnés

Révision de l’AVS: Alain Berset contre les siens

Alain Berset. | Keystone / Peter Schneider

Retenez bien ce mot: AVS 21. Parce qu’il va habiller votre début d’automne. Le peuple suisse votera le 25 septembre sur une réforme du 1er pilier, dont le but est d’assurer l’équilibre financier de l’AVS et de maintenir le niveau des prestations. Problème: une large frange de femmes de gauche s’est mobilisée contre le projet, qui prévoit de relever leur départ à la retraite à 65 ans. Le conseiller fédéral socialiste Alain Berset va trouver sur son chemin son propre parti, le PS, les Verts et l’Union syndicale suisse, avec Pierre-Yves Maillard en tête. Un choc de titans.  Le ministre, qui avait déjà échoué à réformer la prévoyance vieillesse un 25 septembre 2016, lancera lundi 27 juin à Berne une campagne qui s’annonce difficile.

De quoi parle-t-on? Le Parlement a adopté la réforme AVS 21 le 17 décembre 2021 et, durant les travaux des Chambres fédérales déjà, les esprits se sont échauffés. Le projet prévoit l’harmonisation de l’âge de référence entre hommes et femmes à 65 ans dans l’AVS et la prévoyance professionnelle obligatoire. Les femmes perdront donc, par étape, une année d’une retraite fixée actuellement à 64 ans. Pour une entrée en vigueur en 2024, celles concernées sont nées entre 1961 et 1969.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter