| | news

Le nombre de donneurs d’organes en Suisse a atteint un record au premier semestre 2019

Carte de donneur d'organes | Swisstransplant

261 organes, prélevés sur 86 personnes décédées, ont été transplantés en Suisse durant le premier semestre 2019. C’est cinq organes de plus que pour la même période en 2018. Toutefois, 1417 personnes demeurent toujours sur liste d’attente dans le pays. Elles étaient 1412 dans la même situation à fin 2018.

Pourquoi c’est important. La Confédération s’est fixé comme objectif d’atteindre 22 donneurs par million d’habitants (pmp) d’ici 2021. La progression enregistrée depuis début 2019 devrait lui permettre d’atteindre un niveau de 20,2 donneurs pmp d’ici la fin de l’année, en ligne avec ses ambitions.

Le plan d’action de Office fédéral de la santé publique (OFSP), baptisé «Plus d’organes pour des transplantations», a été prolongé jusqu’en 2021. Son objectif est clair: atteindre le seuil des 22 donneurs pmp.

Comment expliquer cette hausse? Les chiffres encourageants du premier semestre 2019 sont dus a une réorientation des objectifs de ce plan d’action, ainsi que par l’adoption de mesures concrètes.

  • Les processus ont été uniformisés au niveau national pour les dons de personnes décédées des suites d’une lésion cérébrale secondaire consécutive à un arrêt cardiocirculatoire, ainsi que pour les dons de tissus.

  • La structure des entretiens menés avec les familles en milieu hospitalier a été améliorée.

  • Entre autres mesures concrètes, on retrouve: l’amélioration de la formation du personnel médical, l’harmonisation des procédures de gestion, et enfin l’examen des structures organisationnelles des hôpitaux afin d’adapter leurs ressources en cas de nécessité.

L’enjeu: identifier tous les donneurs potentiels et augmenter le nombre d’organes transplantables. L’office désire également diminuer le taux de refus.

Pourquoi il faut en parler autour de soi. Annoncer à ses proches ses choix en matière de don d’organe est important pour que sa décision soit respectée.

Entre 2007 et 2017, le pourcentage de détenteur de carte de donneur est passé de 11,9% à 16,4% grâce, notamment, à une meilleure communication de la part des donneurs avec leurs proches.

Donner ou non est un choix qui permet au personnel médical de mieux agir, et surtout plus vite, lors du décès. Deux sites internet permettent d’en savoir plus cette question:

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi