| | news

Rapport du Giec: plus de 650 milliards de tonnes de glace fondent chaque année

Morceaux d'icebergs près du fjord d'Ammassalik, au Groenland | Ray Swi-hymn/Flickr/Creative Commons

Les négociations auront nécessité une prolongation jusqu’au 24 septembre à midi. C’est maintenant chose faite, le rapport spécial sur les océans et la cryosphère du Giec a été adopté par les représentants de 195 pays. Y sont présentées les principales conséquences sur l’environnement et les sociétés humaines des changements physiques et chimiques induits sur les océans, les glaciers et les pôles par la hausse de la concentration en CO2 dans l’atmosphère.

Pourquoi c’est important. Dès les premières lignes, les auteurs rappellent la gravité de la situation: tous les humains dépendent de la mer et de la cryosphère (c’est-à-dire les zones où l’eau est gelée: glaciers, calottes glaciaires…). Que ce soit pour l’approvisionnement en eau potable, la pêche ou le tourisme, tous verront leur quotidien affecté par l’état des océans et des glaciers. Il faut aussi prendre en compte les quelque 1,4 milliards d’habitants des régions côtières, insulaires, polaires ou en haute altitude et qui se retrouvent, de fait, en première ligne lorsque ces environnements se détériorent et se déséquilibrent. A l’horizon 2050, ils seront proches de 2 milliards, d’après le rapport.

Cet article est réservé aux Membres.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

Devenez Membre
newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi