Reservé aux abonnés

Quand la migration est une promesse

Emmanuelle Werner Gillioz

Pour ce 18 décembre, Journée mondiale des Migrants, Emmanuelle Werner Gillioz raconte le parcours d'un jeune migrant qu'elle a accompagné – et qui a dépassé ses espoirs.

Nous nous sommes vus pour la dernière fois il y a une année. Je le retrouve pimpant, incroyablement élégant avec son allure de jeune professionnel, veston gris et baskets blanches impeccables. Tout dans sa tenue indique le chemin parcouru: son port de tête, l’aisance avec laquelle il se déplace, son regard bien présent.

Nous choisissons une table, nous commandons, et Abel (*) me raconte. Son poste au sein d’une fiduciaire où il travaille depuis un an et demi, sa hiérarchie, ses collègues. L’appartement dans lequel il vit à présent en couple et la nouvelle voiture qu’il vient d’acheter, «avec un GPS», précise-t-il, pour pouvoir emmener sa copine à Milan, et en Allemagne, bientôt.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous