| Idées

Pour être libertin au temps du Covid, mieux vaut avoir déjà un réseau comme celui des Sauty

Sarah Zeines

Cette chronique fait partie de notre série Coronamour écrite pour Heidi.news par Sarah Zeines.

Les Sauty aiment sauter de partenaires en partenaires. Et ils l’assument, au point de dévoiler leurs vrais noms dans cette série d’articles, où ceux qui témoignent préfèrent habituellement l’anonymat.

Ceux qui lisent la presse locale depuis un certain nombre d’années se souviennent sans doute d’Olivier et Caroline. Ils avaient fait la Une d’un canard qui n’est plus, en 2012. A l’époque député MCG au Grand Conseil genevois, Olivier avait vu sa vie libertine étalée dans l’espace public. Il n’avait pas été réélu. Un départ forcé que le couple attribue à la stigmatisation de sa sexualité hyperactive.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi