Peut-on encore gagner une guerre?

Keystone

A partir de l’exemple du Kurdistan syrien, théâtre successivement d’une victoire éclatante en 2015 puis d'une débâcle écrasante du camp kurde il y a quelques mois, Cian O’Driscoll, professeur à l’université de Glasgow s’interroge sur la notion de «victoire» à notre époque.

Reprenant la rhétorique de l’armée israélienne, qui se compare à un jardinier et ses ennemis à une pelouse qu’il faudrait tondre régulièrement, l'auteur, sur le site The Conversation, nous explique que parce que la guerre est protéiforme, la notion de victoire l’est aussi.

link

The Conversation