Reservé aux abonnés

Ouverture des JO de Pékin: et le vainqueur est... la Chine!

Les Jeux s'ouvrent vendredi 4 février en Chine | EPA / Wu Hong

Coup d’envoi vendredi des Jeux Olympiques d’hiver. La grande fiesta sportive s’annonce toutefois sous des auspices contradictoires. D’une part, les autorités chinoises veulent en faire un événement phare pour démontrer à la planète entière la suprématie du modèle chinois sur le modèle occidental. D’autre part, l’ombre du variant Omicron fait planer de sérieux doutes sur l’efficacité de la stratégie «zéro Covid» prônée par Pékin, qui doit en plus faire face au risque politique du boycott diplomatique décrété par plusieurs pays occidentaux, décidé en raison des violations des droits humains commises par la République populaire de Chine à l’encontre de la minorité des Ouïghours.

Pourquoi c’est important. Au-delà des considérations politiques, on assiste à une bascule géostratégique des grandes manifestations sportives en ce début du XXIe siècle, au profit des pays asiatiques et des monarchies du Golfe, au détriment des nations occidentales qui les ont monopolisées pendant des décennies. On pense notamment au rallye de Dakar, qui a lieu maintenant dans les dunes d’Arabie saoudite, ou à la prochaine Coupe du monde de football qui se disputera au Qatar – des événements utilisés par ces régimes autoritaires à la mauvaise réputation pour tenter de redorer leur blason sur la scène internationale tout en diversifiant leur économie.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous