Reservé aux abonnés

Non, la victoire de Joe Biden ne s’est pas jouée à un cheveu

Donald Trump lors d'une réunion au congrès conservateur, en février 2018. EPA/JIM LO SCALZO

Une idée reçue veut que Joe Biden ait gagné les élections américaines sur le fil du rasoir. Elle prévaut chez nombre d’Américains des deux camps politiques, ainsi qu’à l’étranger. Or les chiffres décrivent une tout autre réalité. Si le candidat démocrate n’a pas provoqué le raz-de-marée prévu par les instituts de sondage, il sera sans doute élu avec une marge de grands électeurs supérieure à de nombreux prédécesseurs, dont Donald Trump lui-même. Au vote populaire – qui ne compte pas aux Etats-Unis – Joe Biden bénéficie d’une avance honorable, avec plus de 4 millions de voix.

Pourquoi c’est un problème. Donald Trump capitalise sur l’idée de résultats exceptionnellement serrés pour renforcer ses allégations de fraude: l’étroitesse supposée des marges de Joe Biden serait un signe qu’il y a eu tricherie. Ajouté à la détestation du président sortant pour le vote par correspondance – auquel les électeurs démocrates ont recouru en masse – cet élément compose un narratif convaincant pour de nombreux Américains. Côté républicain, trois quarts des électeurs pensent qu’il y a eu fraude électorale massive, selon un récent sondage.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous