Reservé aux abonnés

Ma rencontre avec Suzette Sandoz, éternelle réactionnaire

Géraldine Savary

Toutes les deux semaines, Géraldine Savary contribue à Heidi.news au travers d’une rencontre afin de dessiner, article après article, une constellation de personnalités dont le tracé serait totalement subjectif, aléatoire et transparent.

Et si nous parlions d’autre chose que de coronavirus? Par exemple du 14 juin, de droits des femmes, de clitoris et de vagin? «Vous n’allez pas vous y mettre vous aussi!», s’exclame Suzette Sandoz.

Peut-on s’entretenir avec une personne dont on ne partage aucune des positions et des idées? Et se poser ces questions:  Les vieux réacs ne sont-ils pas désormais les nouveaux libertaires? Le politiquement incorrect aurait-il changé de camp? Suzette Sandoz me reçoit chez elle. Au téléphone, elle m’a proposé de venir manger, à condition que j’apprécie les asperges. Elle en mange tous les deux jours, c’est plus qu’une règle, presque un article constitutionnel et nous n’y dérogerons pas.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous