| | analyse

Les accidents des véhicules semi-autonomes liés aux couacs de l'interaction humain-machine

Vue d'artiste des différents capteurs extérieurs (caméras, radars, lidars...) utilisés par une Tesla pour son Autopilot | Tesla

L’autorité américaine des transports, le NTSB, a rendu son rapport préliminaire (EN) suite au crash mortel d’un véhicule Tesla en autopilot début mars 2019. Ni le conducteur ni l’ordinateur de bord n’auraient donné de coup de volant pour éviter l’obstacle, ou même cherché à freiner. A qui en revient la faute?

Pourquoi c’est plus qu’un problème technologique. Dans le terme “semi-autonome”, nous entendons surtout “autonome”, alors que ces véhicules requièrent que les conducteurs maintiennent leur attention sur la route, même lorsqu’ils ne conduisent pas. L’enjeu est celui de l’interaction humain-machine: pour le véhicule, comment s’assurer que le conducteur reste attentif, et comment lui signaler qu’il doit reprendre le volant, et vite?

Cet article est réservé aux Membres.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

Devenez Membre
newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi