| | radar

Les hippopotames de Pablo Escobar menacent l’environnement

Image d'illustration | Flickr

Le parrain de la drogue colombien Pablo Escobar possédait un zoo privé sur son ranch des environs de Medellin, avec quatre hippopotames. Depuis sa mort en 1993, les animaux, qui n’ont jamais peuplé naturellement l’Amérique du Sud, sont retournés à l’état sauvage et se sont multipliés pour atteindre une centaine d’individus. Une recherche publiée dans la revue Ecology leur est consacrée, rapporte Futura Sciences.

Pourquoi c’est intéressant. La situation a un impact important sur l’écosystème local. Les hippopotames détruisent les berges des cours d’eaux. Leurs excréments contribuent à la prolifération d’algues et de bactéries toxiques, étouffant les espèces aquatiques endémiques. Et leur population continue d’augmenter rapidement. Les chercheurs estiment qu’elle pourrait atteindre plusieurs milliers d’individus d’ici quelques dizaines d’années.

link

Lire l'article de Futura Sciences

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi