| news

Les danseurs, confinés à durée indéterminée

«Fearful Symmetries» de Ioannis Mandafounis par le Grand Théâtre de Genève. Photo: Grégory Batardon

Pendant qu’une partie du milieu culturel se déconfine pas à pas, les compagnies de danse sont paralysées par les mesures nécessaires pour freiner la transmission du Covid-19. Malgré l’élaboration d’un guide par l’Union des Théâtres Suisses pour reprendre les répétitions dès le 8 juin, les perspectives d’un retour en studio restent floues.

La deuxième vague de déconfinement relance les activités de certaines branches culturelles. Mais la danse tâtonne car le contact humain y est indispensable. «Les arts vivants sont dans le coma», ose Olivier Gurtner, responsable presse et relations publiques du Grand Théâtre de Genève avec son ballet composé de 22 talents. «Nous sommes l’un des métiers les plus touchés car il est impossible de ne pas se toucher. Pour le moment, on est complètement bloqué», ajoute Ha-Cam Dinh, responsable de la communication du Béjart Ballet Lausanne et de ses 40 danseurs. Quand le couperet Covid-19 est tombé, ils préparaient «La IXème symphonie», un projet d’envergure avec plus de 200 personnes sur scène. Aujourd’hui, tout est à l’arrêt.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

La newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi